Classique

Les quatre filles du Dr March

Ce livre est un classique, mais pour la jeunesse. Ainsi, il se lit très vite et est un poil trop gentillet, trop plein de bons sentiments. Les leçons de morale telles que « ne pas rester en colère, pardonner rapidement » regorgent et me font penser que j’aurai surement dû lire le lire plus jeune. On découvre une histoire simple et traditionnelle. Une histoire du quotidien, où l’on voit quatre jeunes filles grandir et devenir plus matures.


Les quatre filles du Dr March, de Louisa May Alcott
Edition Romans Eternels | Août 2020
297 pages

 Une année, avec ses joies et ses peines, de la vie de Meg, Jo, Beth et Amy March, quatre sœurs âgées de onze à seize ans. Leur père absent – la guerre de Sécession fait rage et il est aumônier dans l’armée nordiste -, elles aident leur mère à assumer les tâches quotidiennes. Ce qu’elles font avec leur caractère bien différent: Meg, la romantique, qui va éprouver les émois d’un premier amour; Jo, qui ne se départit jamais d’un humour à toute épreuve; la généreuse Beth; la blonde Amy, enfin, qui se laisse aller parfois à une certaine vanité. ∇ 


Le livre se présente comme une succession de petites histoires, où l’on découvre ces filles ; attachantes, intéressantes, chacune dans son univers. Elle sont différentes dans leur tempérament, leur caractère, mais aussi avec leurs défauts et qualités. Elles sont certes un peu caricaturales, mais j’ai aimé la façon dont elles se complètent et s’opposent, en apprenant à s’accepter. Elles tentent de devenir meilleures en surmontant les épreuves de la vie, sur un fond de Guerre de Sécession et de difficultés financières. Cependant, je suis un peu déçue sur le côté historique car j’aurais aimé que le côté guerre civile soit plus prononcé.

N’ayant jamais lu de Louisa May Alcott, je la découvre avec ce roman et je trouve son style fluide et agréable, mais le rythme est un peu lent. Dans le sens où il ne se passe pas grand-chose mis à part quelques petites anecdotes par-ci par-là. Il y a aussi un petit point qui m’a dérangé, c’est le côté très moralisateur, qui vient surement de l’époque, avec cette perfection que cherchent à atteindre ces jeunes filles âgées de moins de quinze ans.

« Nous avons tous la clef de nos futurs châteaux en Espagne, dit Jo ; reste à savoir si nous saurons ouvrir la porte ou non. »

J’ai lu sur plusieurs posts Insta que la fin est erronée ou que le traducteur s’est permis de modifier l’histoire dans cette édition. En soit, cela ne m’a pas dérangé car je découvre ce récit, mais je suis curieuse d’avoir la fin alternative, qui apparemment est très loin de la version originale. Alors pour ceux et celles qui l’ont lu, je suis preneuse. Je sais qu’il y a une suite dans un second volume, ainsi cela me permettra de savoir ce qu’il advient de tous ces personnages.


Note : 3 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s