Policier

Avalanche Hotel

Je l’avais vu passer plusieurs fois sur Instagram avec des avis positifs, l’histoire avait l’air intéressante mais je n’ai pas été convaincue. Pourtant, le contexte avec cet hôtel glauque en plein hiver en montagne, cela pouvait laisser présager un roman bien angoissant. Cependant, j’ai trouvé l’histoire longue, pas vraiment réaliste et plutôt tiré par les cheveux. Pas forcément un livre que je garderai en souvenir.


Avalanche Hôtel, page de Niko Tackian
Le livre de poche | Janvier 2020
288pages

Janvier 1980. Joshua Auberson est agent de sécurité à l’Avalanche Hôtel, sublime palace des Alpes suisses. Il enquête sur la disparition d’une jeune cliente et ne peut écarter un sentiment d’étrangeté. Quelque chose cloche autour de lui, il en est sûr. Le barman, un géant taciturne, lui demande de le suivre dans la montagne, en pleine tempête de neige. Joshua a si froid qu’il perd connaissance…
… et revient à lui dans une chambre d’hôpital. Il a été pris dans une avalanche, il est resté deux jours dans le coma. Nous ne sommes pas en 1980 mais en 2018. Joshua n’est pas agent de sécurité, il est flic, et l’Avalanche Hôtel n’est plus qu’une carcasse vide depuis bien longtemps. Tout cela n’était qu’un rêve dû au coma.

Un rêve, vraiment ?


J’ai trouvé cette histoire difficile à comprendre et à suivre. Si le début est assez accrocheur et prometteur avec des petites références à Shining avec le petit côté fantastique, je me suis vite perdue. Je ne savais jamais si ce que je lisais faisait partie de la réalité, du passé ou d’une hallucination du personnage principal. Je ne sais pas pourquoi mais je ne suis pas du tout entré dans l’histoire. J’ai eu du mal à comprendre le rêve de la réalité et l’espace-temps de l’histoire.

J’ai cependant bien aimé la mise en avant que l’auteur fait de la mémoire et des mystères du cerveau, de son fonctionnement, de la construction des souvenirs de manière visuelle. Il a évité de nous perdre sous des aspects scientifiques qui auraient rendu la lecture lourde. Il parle de la mort et du rôle de la mémoire dans l’image que nous nous en faisons.


Note : 2.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s