Feel-Good

600 heures dans la vie extraordinaire d’Edward Stanton

600 heures dans la vie extraordinaire d’Edward Stanton, de Craig Lancaster
Milady | Aout 2018
412 pages

Edward Stanton, trente-neuf ans, vit seul dans une petite ville tranquille du Montana. Atteint du syndrome d’Asperger et de trouble obsessionnel compulsif, il suit une routine méticuleusement établie : tous les matins, il note l’heure à laquelle il se réveille (7 h 38), refuse de commencer sa séance de thérapie avant l’heure exacte du rendez-vous (10 heures) et, le soir (à 22 heures), il regarde un épisode de Dragnet, série policière des années soixante.

Lorsqu’une mère et son fils de neuf ans emménagent en face de chez lui, le quotidien bien réglé d’Edward est bouleversé. En l’espace de 600 heures, il s’ouvre à ses nouveaux voisins et tente de se réconcilier avec son père. Découvrant les joies et les peines de l’amitié, Edward devra décider : est-il prêt à quitter sa vie solitaire pour embrasser le monde ?


Même si le roman est tendre et plaisant, j’ai trouvé le récit un peu long et répétitif par moment mais cela est cohérent en raison des TOC d’Edward. Les chapitres se ressemblent beaucoup et ralentissent la lecture puisque Edward est autiste et a besoin de ses habitudes. Mais cela n’est pas facile de se retrouver dans la tête d’une personne Asperger où tout est rythmé méticuleusement avec un ordre qui peut être déconcertant et incompréhensible.. En soit, chaque chapitre raconte sa journée comme un journal de bord et nous montre les changements qu’il effectue.

Edward est vraiment un personnage terriblement attachant bien que souvent déconcertant, et d’une grande honnêteté. Il n’aime ni les suppositions ni les incertitudes et a besoin d’un routine rassurante pour affronter ses journées. Ce qui est touchant, c’est de voir l’évolution et la métamorphose d’Edward qui se fait par de vrais moments de bonheur comme des moins bons. On entrevoit aussi les difficultés d’Edward à trouver et garder un emploi ainsi qu’à tisser un relationnel amical ou amoureux à cause de la méconnaissance de sa particularité. Cela montre à quel point, encore aujourd’hui, il est difficile lorsqu’on ne rentre pas dans la « norme » et que l’on ne comprend pas les règles sociales, de se faire accepter. Mais sa gentillesse et sa profonde intelligence malgré sa difficulté à dépasser le premier degré sont belles à voir. Le style de Craig Lancaster permet d’ajouter de la douceur, de la tendresse et de l’humour en nous faisant sentir proche de son personnage. Le sujet pourtant très délicat est traité avec beaucoup de tact. C’est une magnifique ode à la différence, à l’amitié et à la tolérance.


Note : 3 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s