Jeunesse

Les crimes de Grindelwald

C’est avec plaisir que je suis retourné dans l’univers imaginé par J.K Rowling qui est si étroitement lié à celui d’Harry Potter. 


Les crimes de Grindelwald, de J.K Rowling
Gallimard Jeunesse | Novembre 2018
320 pages

 Paris, 1927. Quelques mois après sa capture, le puissant mage noir Gellert Grindelwald s’est évadé. Il menace de faire régner les sorciers de sang pur sur les êtres non-magiques. Devant ce danger, le jeune Albus Dumbledore, professeur de défense contre les forces du Mal à Poudlard, fait appel à son ancien élève, Norbert Dragonneau. ∇ 


Avant tout, je précise qu’il s’agit d’un scénario de film, écrit comme une pièce de théâtre, et non d’un roman. C’est comme un recueil des dialogues et des indications de jeu des acteurs, de lieux, de temps. Mais on retrouve toujours la plume de J.K Rowling, et pour ma part, la magie opère à nouveau. Le script est super bien présenté en étant aéré et donc bien lisible. Le vocabulaire spécifique au cinéma est expliqué en début d’ouvrage, de façon à comprendre les abréviations et la rédaction du livre.

« NORBERT : Que devrais-je lui dire, à ton avis, si je la voie ?
JACOB : Oh ! Eh bien, c’est mieux de ne pas prévoir ce genre de choses. Tu vois, tu diras ce qui te viens sur le moment.
Un temps .Ils continuent de marcher.
NORBERT (se souvenant) : Ses yeux sont comme ceux d’une salamandre.
JACOB :Ne dis pas ça.
Un temps. Jacob estime que Norbert a besoin d’aide. 
JACOB : Non…Ecoute, tu n’as qu’as lui dire qu’elle t’a manqué. Voilà, et ensuite que tu es venu jusqu’à Paris pour la retrouver? Ça, elle va adorer. Et dis-lui que tu ne dors plus la nuit à force de penser à elle. Mais ne parle surtout pas de salamandres, d’accord ? »

Et ce livre, en tant qu’objet, parlons-en. Il est juste sublime. La couverture est très belle, travaillée avec des effets de reliefs, avec de nombreux détails dans les dessins, le tout sur un fond d’une jolie couleur bleu-vert. Rempli d’illustrations d’animaux fantastiques, la présentation permet une lecture plus que fluide.

« DUMBLEDORE (parlant du Niffleur) : Est-ce qu’une tasse de thé lui ferait plaisir ?

Ils se tournent pour reprendre le chemin de Poudlard.

NORBERT : Il prendra un peu de lait. Cachez les cuillères. »

Si comme moi, vous n’avez pas lu « Les Animaux Fantastiques », il vous sera un peu difficile de suivre l’histoire au début, car il y a des références à des évènements déjà passés, à des liens d’amitié ou d’amour déjà créés. En tout cas, j’ai adoré retrouvé Dumbledore, McGonagall, les « Sans Purs » et leur haine envers les Moldus, Nicolas Flamel, et découvrir les origines de Nagini. On en apprends un peu plus sur le passé de Grindelwald et la relation qu’il entretenait avec Dumbledore. Ainsi que sur la lignée des Lestrange et leur côté sombre. On sent tellement la violence, la rancœur, les mensonges… J’ai tellement hâte d’avoir la suite. Surtout vu le final où je n’ai pas tout compris.


Note : 3.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s