Feel-Good

Il est grand temps de rallumer les étoiles

Il s’agit de mon premier Grimaldi, et quelle joie ! Dévoré en deux jours, j’aurai souhaité que ce livre ne s’arrête pas, et je suis triste de l’avoir si vite terminé. Je me suis laissée complètement embarquée dans ce merveilleux voyage, avec cette envie de vivre une aventure qui resserre les liens d’une famille. C’est une ode aux mamans qui nous donne une belle leçon de vie.


Il est grand temps
Il est grand temps de rallumer les étoiles, de Virginie Grimaldi
Le Livre de Poche | Mai 2019
384 pages

Anna, trente-sept ans, croule sous le travail et les relances des huissiers. Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée. A dix-sept ans, Chloé a renoncé à ses rêves pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Lily, du haut de ses douze ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire. Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.


Il est grand temps de rallumer les étoiles, est un roman rempli d’une tendre douceur. A travers ce voyage de la seconde chance, une mère et ses deux filles vont tout quitter pour repartir de zéro, et (re)découvrir l’amour qui les unit et qui s’est malheureusement dégradé à cause d’un quotidien difficile. C’est une histoire faite de petits bonheurs, de rencontres enrichissantes et surtout pleine d’humour. Des moments de vie traités avec une légèreté singulière, mais avec un juste dosage de sensibilité et d’émotions. Au fur et à mesure, Virginie Grimaldi, nous narre une lecture touchante, qui redonne le goût de vivre et d’avancer.

A travers ce roman à trois voix, les pensées nous sont livrées avec des ressentis et des descriptions différentes en fonction des émotions et préoccupations de chacune. Nous découvrons ainsi des personnages entiers, sincères, uniques avec leur défauts et qualités, mais plus que tout attachants ! Anna, est complètement perdue face à ses difficultés financières, l’absence de son ex-mari, et aussi face à ses filles toutes deux dans des périodes « compliquées » de la vie. Chloé, sensible et émotive est en quête d’être aimée. Elle espère recevoir de l’amour en se donnant aux garçons. On ressent toute la pression de l’adolescente qui se cherche et qui pense exister seulement à travers le regard des autres. Et enfin, Lily, la petite dernière avec un pied dans l’enfance est sensible à sa manière. Drôle, insouciante et pétillante, elle se fait malheureusement harcelée à l’école. Son personnage complète merveilleusement bien cette famille, sa fraîcheur m’ayant conquise. Ce voyage va leur permettre de se rendre compte qu’elles sont indispensables les unes aux autres.

« Plus tard, quand on les a quittés, j’ai songé que, nous autres, les humains, serions bien emmerdés si on n’était pas doté du rire. On serait obligés de toujours afficher nos vraies émotions. »

En excellent feel-good, ce roman apporte un questionnement sur l’amour que l’on porte aux autres, sur la place qu’ils ont dans notre vie. Il y a une réflexion sur nos choix de vie, le bonheur que l’on essaie de trouver. D’autres sujets forts sont aussi abordés : le harcèlement, la solidarité, l’autisme, l’entraide. En sujet de fond, on retrouve le rapport mère/fille après une séparation, sujet qui me touche particulièrement. Car certaines femmes endurent beaucoup dans leur couple, et font preuve d’énormément de courage et de persévérance pour protéger leurs enfants, et s’en sortirent. Cela nous ramène au rôle de maman, pas toujours si simple, surtout si l’on se sent seule et que le quotidien est difficile.

« Tout au long de notre vie, on juge ce qui nous arrive, on se réjouit, on se lamente. Pourtant, on ne saura qu’au dernier moment s’il y avait lieu de se réjouir ou de se lamenter. Rien n’est figé, tout évolue. Ne sois pas triste aujourd’hui, car ce qui t’arrive est peut-être un grand bonheur. »

La belle plume de Virginie Grimaldi m’a entièrement séduite. Que d’amour dans ses mots, elle m’aura touchée jusque dans ses remerciements à la fin du roman… Elle a la faculté de peindre des portraits de femmes si touchants et profonds, dans un décor époustouflant, et avec une narration drôle et originale. Ce voyage magnifique représente la vie, où l’on rencontre sur notre route la peur, le doute, l’amour et l’amitié, teinté de rires mais aussi de larmes. L’auteure a utilisé une image que j’ai beaucoup aimé, celle d’un bus où tous les gens que nous aimons y sont installés. Et en avançant, ils changent de place ou en descendent lorsqu’ils nous quittent. Après tout, c’est cela notre quête du bonheur.

« Moi aussi, je t’aime, ma petite mémé. Je t’aime tellement que c’est une torture chaque fois que je viens te rendre visite. Je t’aime tant que ça me rend malade d’assister à ton effacement progressif, de savoir que bientôt tu auras totalement disparu. Je t’aime au point de chialer la nuit à m’en faire brûler les yeux, de crier en silence en pensant à toi, à toutes ces années où tu étais debout, où tu étais forte, plus forte que le deuil, plus forte que le cancer, où tu étais jeune, toutes ces années où tu t’es occupée de moi, où tu étais mon refuge, mon pilier, mon tout. »

Note : 4.5 sur 5.

5 réflexions au sujet de “Il est grand temps de rallumer les étoiles”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s