Feel-Good

Les Jours Meilleurs

Il y a quelques années, j’avais adoré le roman PS : I Love You de Cecelia Ahern, qui m’avait alors fait pleurer (sans parler de l’adaptation cinématographique). Autant dire que lorsque je suis tombée par hasard sur l’ouvrage Les Jours Meilleurs, je me suis jetée sur l’occasion d’être à nouveau émue et chamboulée par un livre. Mais malheureusement, cela n’a pas été le cas…


Les Jours Meilleurs, de Cecelia Ahern
Editions Milady Poche | Juin 2018 
381 pages 

  Cent noms, un point commun. Mais lequel ? Kitty est dans l’impasse. Sa carrière de journaliste people piétine et sa réputation est désastreuse. De plus, Constance, la femme qui lui a tout appris, vit ses derniers instants. Elle se rend à son chevet et lui demande quelle histoire elle a toujours rêvé d’écrire. Mais la réponse arrive trop tard, sous la forme d’une liste de cent noms, sans aucune explication. Bien décidée à percer le mystère, Kitty tente de comprendre ce qui relie entre eux ces inconnus. En allant à leur rencontre, elle va aller de surprise en surprise et peut-être même trouver un sens à sa vie.


Difficile de faire une critique pour un livre que j’ai lu sans réel plaisir, sans envie de recommencer. En effet, j’ai mis énormément de temps avant de le finir, repoussant très souvent ma lecture ; mais je ne suis pas le genre de personne à fermer le livre sans être arrivée à la fin. Ce livre est sans doute le moins bon que j’ai lu ces derniers temps. J’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans l’histoire, qui est sympa mais sans plus. J’ai trouvé cela très plat.Le personnage principal, Kitty, est assez banale alors qu’il lui arrive des trucs loin d’être classiques. Je ne me suis pas attachée à elle. Ses aventures ne me faisaient ni chaud ni froid. J’ai vite compris de quoi il en retournait et j’ai trouvé cela peu original. Et puis, elle m’a énervée dès le début du livre. Je l’ai trouvé insupportable, se plaignant sans cesse, sans jamais penser qu’à cause d’elle, la vie de quelqu’un d’autre avait été détruite. Elle ne voyait pas le mal qu’elle avait fait autour d’elle. Nous faisons tous des erreurs, il faut les assumer ; et j’ai eu l’impression qu’elle ne le faisait pas.

Même si je n’ai pas apprécié le personnage de Kitty au début du livre, grâce aux personnages qu’elle va rencontrer et grâce à son meilleur ami Steve, elle va petit à petit changer et devenir la journaliste qu’elle était au début de sa carrière. Steve va oser lui dire ce que tout le monde pense tout bas, et va lui permettre de se remettre en question autant dans sa vie privée que professionnelle. J’ai apprécié la Kitty à la fin du livre et j’ai aimé la façon dont l’auteure a fait évoluer son personnage.

Pour moi, le point fort de ce roman, ce sont les personnes qui figurent sur cette liste de cent noms. Les Jours Meilleurs est un livre qui nous permet de rencontrer des protagonistes secondaires merveilleux et tellement attachants. J’ai adoré Birdie, la grand-mère qu’on aimerait tous avoir, j’ai aimé sa force et sa ténacité. 

« Les gens qui pensent ne pas être intéressants vivent les histoires les plus fascinantes. »

Par contre, la fin du livre m’a déçue, dans le sens où on reste sur notre faim. J’aurais voulu savoir ce que Kitty et un certain personnage allaient se dire, connaître leur discussion… On y trouve aussi pas mal de longueurs. Il y a également beaucoup mais vraiment beaucoup de personnages ! À un moment, je me suis un peu perdue et j’avoue que je ne savais plus très bien qui était qui. De plus, la quête des cent noms de l’héroïne est parfois brouillonne et traîne un peu trop. Les situations clichées s’accumulent, et l’émotion et la tendresse, ne sont pas au rendez-vous. Pourtant sur le papier, tous les éléments « feel good » sont présents : le droit à l’erreur, la relève après un échec, la magie qui se cache dans les vies les plus « banales »… En somme, la trame de l’histoire était bonne. J’ai aimé me poser des questions sur les liens qui pouvaient réunir et relier ces cent personnes. Juste pour cela, je vous invite à le lire.

« Les gens ordinaires accomplissent des exploits qui ne sont jamais célébrés. Voilà sur quoi il faut écrire. Sur les héros qui s’ignorent parce qu’ils estiment n’avoir fait que leur devoir. »

En conclusion, Les Jours Meilleurs est un ouvrage sympathique, mais qui n’est pas aussi grandiose que « PS : I Love You » de la même auteure. Un moment de lecture sans prise de tête, mais pas un grand instant de littérature… Ce que je garderai de cette histoire légère, c’est que le monde a une histoire à raconter…

Par contre, mention spéciale aux éditions Milady, qui nous ont offert une couverture magnifique et totalement dans le thème ! J’adore ♥ !


Note : 2.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s