Feel-Good

Tu as promis que tu vivrais pour moi

Cette phrase résume à elle seule tout ce roman. Un roman plein de vie qui touche, qui fait sourire, qui fait réfléchir mais surtout, qui fait du bien. Un roman à la fois léger et profond. Même si avec son titre le début est triste, c’est un roman qui se lit même et surtout, quand le moral n’est pas au rendez-vous, car il nous rappelle combien la vie est imprévisible. Un livre léger et optimiste. Un très bon moment de lecture !


Tu as promis que tu vivrais pour moi, de Carène Ponte
Editions France Loisirs | Juin 2017
360 pages 

 Quand on a trente ans, on n’est jamais préparé à perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte. Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain ? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil. Lorsque Molly reçoit quelques jours après l’enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait… 


Ce roman est une pause bienvenue entre deux ouvrages compliqués : mélange d’amitié, de chaleur humaine, remplit de situations comiques et émouvantes. On a l’impression d’être parmi les personnages aussi bien dans les moments douloureux que dans les bons moments. En plus, on retrouve régulièrement des clins d’œil au lecteur comme pour s’assurer de son empathie. J’ai aimé ce livre, en grande partie grâce à la plume de Carène Ponte qui est très agréable et fluide. L’écriture est simple, et facile à lire avec des chapitres courts. L’auteure sait allier humour, tendresse, émotion et légèreté, on tourne les pages de son roman avec plaisir, un sourire au coin des lèvres. Elle est sincère et ses mots sont parfaitement dosés. C’est un récit qui nous aide à réfléchir. Est-on prêt à changer de vie et d’assouvir nos rêves enfouis ? Il faut sans doute du courage car nous n’avons pas tous une « Marie » pour nous aider.

J’ai vraiment apprécié le charme et l’élégance des personnages ; tous aussi différents les uns des autres. Ces derniers sont bien décrits, ils apportent différentes touches selon leur caractère : attachants, présents ou bien pétillants. Avec une Molly, qui doit continuer à vivre. Elle se dévoile au fil des pages. Je l’ai énormément aimée. Elle est très attachante, elle a un cœur énorme, et beaucoup de bienveillance. La gentillesse et le dynamisme de Viviane, avocate en droit des familles, jalouse Marie, mais sait être là quand il le faut. Puis il y a Marie, loufoque, délurée, rigolote, qui malgré la mort est aussi présente que si cette sale maladie ne l’avait pas emportée. Son espièglerie et sa ténacité percent dans le récit. Marie connaissait tellement son amie, Molly, qu’elle a anticipé ses réactions. Les cadeaux qu’elle lui a fait sont émouvants. Marie semblait être une fille extra, qui pensait au bien-être de ses proches. Elle veut continuer par-delà la mort à être présente pour son amie. Elle souhaite ce qu’il y a de mieux pour celle qu’elle considère comme sa sœur. Même morte, cette dernière est omniprésente dans le livre, on comprend que c’était une belle personne. Les personnages masculins sont moins développés sauf peut-être, Sacha, le frère de Marie, très chaleureux, qui a un beau rôle à jouer.

« Tu méritais tellement mieux, Molly ! Je voulais juste te donner un petit coup de pouce. Et au fond de moi, je me suis dit que peut-être tout ça rendrait ma mort moins dure. »

Le sujet n’est certes pas innovant. Des romans qui parlent du deuil et une mise en place de life-list, on ne cesse de penser à PS : I love you de Cecelia Ahern, qui traite du sujet, avec les mêmes émotions des traces laissées par des personnes proches, après leur mort. J’avais adoré ce livre ! Mais Carène Ponte ne le cache pas, elle cite même sa source. Aucune surprise donc quant au déroulement de l’histoire. Elle tire cependant brillamment son épingle du jeu avec des personnages touchants. Elle joue avec la corde sensible sans rentrer dans le larmoyant. Les aventures de Molly et Marie on les vit pleinement. On ne cesse de penser à notre meilleure amie et ce qu’on serait prête à faire pour elle.

« Qui te dit que j’ai envie de faire mon deuil, hein ? Faire son deuil, c’est comme oublier. Et moi je n’ai pas envie d’oublier. Je n’ai pas envie de ne plus penser à elle. Grâce à ces enveloppes, elle sera encore avec moi pour douze mois. Douze tout petits mois. C’est difficile à comprendre ? »

Ce roman m’attendait bien en vue sur ma PAL depuis un moment déjà mais j’attendais juste le bon moment. Je savais qu’il y serait question de deuil, et qui plus est d’une jeune femme pleine de vie, âgée d’une trentaine d’années qu’un cancer a emporté. L’auteure arrive cependant, à faire passer un fort message de sérénité face à cela. Finalement, ce n’est pas pour la personne qui s’en va que c’est le plus difficile mais pour ceux qui restent. Ainsi, Marie, en partant vers un au-delà avait pensé à tout. Quelle meilleure preuve d’amour et d’amitié que de confier à quelqu’un d’autre ce qu’on aurait tant voulu faire soi-même ?

« L’alcool aidant, nous rions comme deux folles, sans aucun doute émoustillées par toute cette sensualité étalée sur papier. 
Nous sommes interrompues vers 23h par plusieurs coups frappés à la porte. 
– Tu crois que ce sont deux mecs venus pour nous faire vivre une nuit de sexe mémorable ? me demande Nadège en riant.
– Je n’en sais rien, mais avec toutes ces lectures je suis chaude comme une poêle qui attend sa pâte à crêpes. Je serai même capable de dire oui à un trois-minutes-chaussettes-incluses. »

Tu as promis que tu vivrais pour moi, est une véritable ode à la vie et à l’amitié. Carène Ponte est une auteure à surveiller ; je ne la connaissais pas mais j’aime son écriture et ses petites touches d’humour. Laissez-vous embarquer par cette belle histoire qui vous fera passer du rire aux larmes mais quoiqu’il arrive, ne saura vous laisser indifférent. De là, se soulève une question : seriez-vous prêt à faire confiance aveuglement en votre meilleur(e) ami(e) pour trouver le bonheur ? Un roman qui m’a donné du baume au cœur et fait penser à ma meilleure amie, elle, qui n’habite pas à côté…[Ma didi, je t’aime ♥]. Je vous le conseille vivement ! Merci Carène Ponte !


Note : 4.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s